Nos orgues Harmoniphon

Don des descendants de Louis Boffard, fondateur du musée Toccata à Tarare (France).

Nous préparons une salle pour ces instruments: la salle Louis Boffard.

Harmoniphon à 2 claviers

Harmoniphon à 3 claviers

L’Harmoniphon ou le «Dereux espagnol»

Thierry CORREARD

 

L’Harmoniphon peut être vu comme la continuation et un perfectionnement de l’orgue à disques électrostatiques mis au point par Jean-Adolphe Dereux.

Vers la fin des années 1960, c’est Javier Mugica qui, à la tête d’une fabrique d’harmoniums et orgues électroniques pour églises et temples, fondée en 1948 à San Sebastian (pays basque espagnol), va racheter les brevets de J.-A. Dereux et se lancer dans la fabrication d’orgues électrostatiques sous le nom de marque « HARMONIPHON ».

J. Mugica souhaite modifier la présentation des instruments en proposant des consoles particulièrement soignées. Pour autant, il gardera les célèbres dominos de jeux, très caractéristiques des orgues Dereux. Mais J. Mugica, souhaite proposer des orgues électrostatiques plus importants : 3 claviers, 44 jeux, grande puissance diffusée pas caisson séparé, console magnifique avec rideau en bois (voir photos).

Ces modèles de 3 claviers connaitront un réel succès en Espagne et des églises de grandes dimensions s’en doteront telle l’église Del Carmen de Murcia au Sud de l’Espagne, dont je donne ici la composition précise. Dans les années 1970, ils représentaient le nec plus ultra de ce que l’on pouvait trouver en Espagne en matière d’ « orgue sans tuyaux ».

Ces instruments seront bien sûr balayés par les modèles numériques à la fin du XXème siècle ou remplacé par de véritables orgues tuyaux comme ce fut le cas pour l’église Del Carmen de Murcia qui s’est dotée d’un très bel instrument du facteur Frédéric Desmottes. Pour autant, ils témoignent des grandes heures de l’orgue électrostatique (c’est-à-dire à générateur à disques électrostatiques) inventé par le génial Jean-Adolphe Dereux.

 

Plus d'informations suivront bientôt !